Respecter le rythme biologique de l’enfant

veillesom1L’enfant a une horloge interne dont il est important de tenir compte. Les êtres humains, comme les autres animaux et les végétaux, possèdent des rythmes biologiques qui leur sont propres. Ils permettent au corps de s’organiser et de s’adapter aux événements de la journée.

Contrôlés par notre cerveau, ces rythmes biologiques se traduisent par des variations physiologiques d’une part (comme le taux d’hormones dans le sang) et cognitives d’autre part comme par exemple, une baisse de l’attention. Aller à l’encontre de ces rythmes naturels entraîne des dysfonctionnements physiologiques et cognitifs. Pour préserver sa santé, il est donc essentiel de les respecter.

Comme l’adulte, l’enfant possède ses propres rythmes biologiques. Ainsi, les plus petits vont avoir besoin de plus de sommeil, ils ne seront pas concentrés tout le temps de la même façon. Cette horloge interne varie d’un enfant à un autre.

Respectez son sommeil

L’un des éléments essentiels des rythmes de l’enfant est l’alternance veille/sommeil. Il est primordial de respecter ses besoins en la matière. Or ce cycle est en constante évolution jusqu’à l’adolescence. La sieste par exemple fait partie des phases indispensables pour les plus petits. Sa durée diminue dès l’âge de neuf mois et elle disparaît généralement entre 3 et 6 ans. Néanmoins, elle reste essentielle pour les enfants de 2 à 5 ans. Au-delà de 6 ans, l’enfant doit bénéficier d’une quantité de sommeil suffisante : au moins neuf à dix heures. Les heures de coucher et de lever doivent être constantes.

Combien d’heures de sommeil et comment s’y prendre?

Le sommeil est une phase de vie a part entière au cours de laquelle le corps récupère et se régénère. Chez l’enfant le sommeil est particulièrement important. Dormir l’aide à grandir, à mémoriser ce qu’il apprend et à développer son cerveau.veillesom5

Temps moyen de besoin en sommeil selon l’âge de l’enfant :

  • 0 – 3 ans : 16 à 17 heures 
  • à 3 ans : 12 heures 
  • à 6 ans : 10 heures
  • à 12 ans : 9 heures

temps sommeil enfant

Document-repère… à adapter aux réels besoins de sommeil de votre enfant

Pour les parents, le meilleur signe d’un bon sommeil est la forme de l’enfant dans la journée. Un enfant qui ne dort pas assez est difficile à réveiller le matin, fatigué, somnolent et irritable dans la journée. Il fait des fautes inhabituelles à l’école, n’est pas attentif et a tendance à prendre du poids sans raison.

Dès la naissance, les parents participent à l’acquisition précoce des rythmes biologiques sommeil/éveil et nuit/jour de leur enfant. Pour cette éducation précoce des rythmes biologiques de l’enfant, les parents ont besoin de connaître les repères et d’observer avec attention leur enfant.veillesom4

Les quatre moments clés du sommeil de l’enfant :

  1. L’endormissement : il est important de savoir reconnaître les signes de l’endormissement (bâillements, frottement des yeux, pleurs sans motifs, …) et de préparer agréablement le sommeil (jeux calmes, petit rituel, adoucir la séparation du coucher en réduisant le bruit pour un temps, …).
  2. La nuit : l’une des particularités du sommeil du petit enfant est la présence de micro éveils physiologiques d’une durée de 1 à 10 minutes après chaque cycle de sommeil ; si les parents interviennent systématiquement par des bercements ou en donnant un biberon, l’enfant risque d’avoir besoin de ses parents pour se rendormir à chacun de ses réveils.
  3. Le réveil : il est conseillé de favoriser un réveil spontané. Pour y parvenir, la régularité des horaires de coucher et de réveil est très importante.
  4. Le sommeil ou le repos dans la journée:
  • une sieste est souvent nécessaire pour compléter la nuit de l’enfant au moins jusqu’à l’âge de 4 ans.
  • jusqu’à six mois, l’enfant a souvent besoin de trois siestes.
  • de 9 à 12 mois, deux siestes.
  • de 15 à 18 mois, d’une seule sieste au début de l’après-midi.
  • A partir de 2 ans, une sieste de 2 heures à 2 heures et demie est recommandée. Elle ne doit pas être trop longue car sa durée réduit celle du sommeil de nuit.
  • De 4 à 6 ans, certains ont besoin d’une sieste, d’autres pas.
  • Au-delà de 6 ans, on n’a plus forcément besoin de dormir, mais il est souhaitable de prévoir un temps, une activité calme et paisible.

La durée et la qualité de concentration sont étroitement liées au temps de sommeil.

Teen in Pyjame hält WeckerDe 3 ans à 6 ans, la concentration peut être maintenue pendant 10 à 20 minutes consécutives. A cet âge, la capacité d’attention a augmenté, mais pas de manière linéaire. C’est selon l’activité, certaines ne requièrent pas les mêmes fonctions intellectuelles, les enfants sont capables de mobiliser leurs capacités plus ou moins longtemps.

En classe ou à la maison (par exemple lors des devoirs du soir), 10 minutes pour l’explication d’une leçon, des règles d’un jeu ou d’une activité, sont un maximum. Au-delà, inutile d’insister : l’enfant s’échappe, est distrait, n’écoute plus, gigote sur sa chaise. Une petite pause et on passe à l’application : cette fois, le «faire» peut durer 20 minutes. Un exercice, de l’écriture, un peu de musique, un dessin, un jeu de société ou de collectivité en plein air… Tout est possible, mais pas trop longtemps.

Les commentaires sont fermés.